COUPE DU MONDE 4 LENZERHEIDE, SUISSE

WORLD CUP ROUND 4 LENZERHEIDE, SWITZERLAND
Paroles de Mike Rose
Photos de Nathan Hughes

Lenzerheide en Suisse est un endroit parfait pour l'image, c'est une jolie boîte de chocolat, en fait c'est presque comme entrer dans le dessin d'un enfant d'une scène alpine. Beauté, style, air pur et pur de la montagne et une piste de course de descente difficile. Oubliez les vaches avec leurs cloches et les tas de chocolat et de fromage, c'est la course de descente la plus délicate.


C'est la sixième fois que la Coupe du Monde se rend à Lenzerheide et c'est une piste qui, bien qu'elle n'ait pas beaucoup changé au fil des ans, laisse toujours les coureurs perplexes. Il y a le mélange habituel de racines et de roches, de drops et de sauts agréables à la foule, mais Lenzerheide se sent un peu différent. Il a une sorte d'ambiance de parc à vélo, mais il a aussi la sensation d'une piste de descente naturelle rugueuse qui a été utilisée au fil des ans. Il semble compact et c'est en fait la piste la plus courte (en termes de temps) jusqu'à présent cette année. Ajoutez à cela une surface meuble, rocheuse et poussiéreuse sur le dessus du sac dur et vous avez un défi à relever.


C'est raide, plein, avec de grosses compressions et des hits, il n'y a vraiment pas de lignes douces… il y a beaucoup de trucs techniques à travailler et à enchaîner. Les cyclistes doivent constamment se déplacer sur leur vélo, s'adaptant au flux variable de la piste. Et il n'y a pas vraiment de relâchement. Le méchant «jardin de rocaille de l'enfer» près du sommet du parcours (qui était un énorme casse-tête pour tous les coureurs dans le passé) avait disparu, et il est intéressant de noter que de grandes parties du parcours étaient très larges. En regardant certains des pilotes plus tôt dans la semaine sur la piste, il semblait presque que certains d'entre eux trichaient, les nouvelles "lignes intérieures" étant si éloignées de la ligne de course d'origine qu'il est difficile de croire qu'ils étaient sur la même piste !


Pour la première fois depuis longtemps, une journée de course a eu lieu samedi, avec des qualifications vendredi. Avec Aaron Gwin toujours absent avec une blessure, toute l'attention de l'équipe INTENSE Factory Racing était sur Neko Mulally et Seth Sherlock. Les deux pilotes ont réalisé de solides performances en qualifications, Seth 46e et Neko 52e. Un excellent résultat pour tous les deux, et plus important encore, ils étaient en finale samedi.


Le jour de la course, ce serait une pure domination française. Myriam Nicole a remporté la course féminine, puis peu de temps après, Loris Vergier est montée sur le podium avec quatre de ses compatriotes, seule la Britannique Laurie Greenland a brisé le parti français. Pour Neko et Seth, c'était des fortunes diverses. Même si le temps était principalement ensoleillé et sec pour les finales, il y avait eu quelques pluies légères pour certains coureurs, et malheureusement cela incluait Seth et Neko. La piste était déjà difficile, mais ajoutez un peu de graisse, des rochers glissants, des niveaux d'adhérence en constante évolution et l'incertitude supplémentaire quant à la difficulté de pousser, et cela a rendu le tout encore plus difficile. Les deux coureurs ont tout de même effectué des runs solides, Seth terminant 46e et Neko 50e (reflétant presque exactement leurs positions de qualification), mais nous devons juste penser « qu'est-ce qui aurait pu être ?


« Une course douce-amère. Je me sentais bien sur la piste, mais juste avant ma course, il a commencé à pleuvoir, ce qui a rendu la piste assez glissante et m'a un peu déstabilisé. J'ai fini par faire une grosse erreur dans mon run qui m'a coûté quelques secondes. Je ne suis pas satisfait de ma performance mais heureux d'avoir atteint la finale et d'avoir marqué de bons points. Ça fait du bien d'entrer dans Snowshoe. Sherlock

« Les conditions étaient difficiles au début de la course avec de la pluie pendant mon run. Je n'étais pas aussi confiant que nécessaire pour être dans cette situation. En attendant des jours meilleurs lors de la finale en Virginie-Occidentale. » Neko Mulally


Alors que la série de Coupes du monde de cette saison touche à sa fin, et avec la marche sur piste le 11 septembre, les coureurs n'ont que sept jours pour se reposer, récupérer, puis se rendre à Snowshoe (États-Unis) pour les deux dernières manches consécutives. J'espère qu'Aaron sera en forme et capable de rouler et que nous pourrons à nouveau réunir toute l'équipe pour la finale de fin de saison à domicile.

Raquette à neige Ronde 5 15 sept., Ronde 6 18 sept.