FINALES COUPE DU MONDE : VAL DI SOLE

Paroles de Mike Rose
Photos de Nathan Hughes

La huitième et dernière manche de la Coupe du monde de cette année était la fin appropriée d'une saison de courses classiques. Le plus rapide du monde a fait le voyage depuis les Championnats du monde dans la station alpine française des Gets jusqu'au tristement célèbre et emblématique Black Snake à Val di Sole, en Italie. Un horrible mélange de racines et de rock, un test perfide pour tout pilote, et avec le classement général toujours pas décidé, nous étions tous prêts pour un classique. Ce serait une course qui restera dans les livres d'histoire pour INTENSE Factory Racing (IFR).


L'équipe IFR complète d'Aaron Gwin, Dakotah Norton, Joe Breeden et Seth Sherlock était présente et tous espéraient de grandes choses. Précisons ici qu'Aaron a remporté quatre fois cette course à Val di Sole, dont sa démolition il y a dix ans en 2012 où il l'avait emporté avec 7.850 secondes !


En entrant dans ce dernier tour, Aaron s'est assis dans 12th position. Avec deux quatrièmes places et deux onzièmes places, il a connu une saison solide, mais un bon résultat ici pourrait le propulser dans le top 10 au général.


Dak était vingt-et-unième au classement général avant la course. Son «sac mélangé» de résultats ne raconte pas vraiment toute l'histoire. Une onzième position à Lourdes et une 9e à Leogang ne donnent aucune indication sur ses performances à Fort William et Lenzerheide avant de chuter aux deux courses. Deux podiums manqués ? Peut-être. Dak aurait été pleinement conscient qu'un top 20 au classement général signifierait plus de temps d'antenne à la télévision en 2023. Tout était donc encore à jouer.


Et bien sûr, Aaron et Dak sortaient de deux superbes résultats aux Championnats du Monde aux Gets. La huitième place d'Aaron et la septième de Dak (tous deux à environ une seconde des médailles) étaient un signe qu'ils y étaient.


Après s'être cassé le coude à Fort William, Joe Breeden a connu une année difficile. La course de descente est un vieux sport difficile, donc pour Joe, se blesser, passer par la récupération et la rééducation et être de retour à la course à peine trois mois plus tard témoigne de son caractère et de sa détermination. Joe chercherait un résultat pour terminer son année en beauté.


Seth Sherlock est toujours le jeune pistolet de l'équipe, et après avoir brillamment performé dans la catégorie des moins de 21 ans aux Enduro World Series, il a décidé de se concentrer sur le milieu de la saison pour se concentrer sur ce titre général. La série de la Coupe du monde a pris un peu de recul cette année, mais les pentes, les racines et les rochers de Val di Sole semblaient être dans sa rue.


Avec 167 coureurs sur la liste de départ et seulement 60 places disponibles pour les finales de samedi, la qualification s'annonçait serrée. En tant que pilote protégé, Aaron était en sécurité, et mathématiquement, il avait en fait une chance extérieure de se classer parmi les cinq premiers au général… même les trois premiers ! Pour les trois autres coureurs, tout était en jeu, vendredi était jour de course pour eux… enfin, jour de qualification, mais vous voyez ce que je veux dire !? Et fait intéressant, comme la dernière course de la saison, il n'y avait pas de points disponibles pour le classement général en qualification. L'actuel leader Amaury Pierron aurait pu remporter le titre lors de l'épreuve précédente au Mont Sainte Anne, mais il lui faudrait attendre les finales pour réclamer son prix et l'unique point dont il avait besoin.


Les résultats des qualifications de l'équipe IFR ont été positifs, très positifs. Dak en 3rd, Aaron en 5th, Seth en 39th, mais malheureusement pour Joe il était de retour en 73rd et hors de l'événement principal. Il va revenir. Le jour de la course, tout l'enfer était sur le point de se déchaîner. Cela n'a pas très bien commencé, car Seth a reçu un drapeau rouge lors de sa course, il a donc dû refaire une course. Malheureusement, sa reprise a coïncidé avec la brève averse qui a rendu la piste plus difficile à parcourir pour environ 10 à 20 coureurs. Seth sera déçu avec 55th, mais ce fut la (mal)chance du tirage au sort.


Alors que je regardais le flux en direct de Red Bull, le niveau de stress a commencé à augmenter. Bernard Kerr avait réalisé un temps fulgurant et était assis sur la sellette dans l'arène d'arrivée depuis un certain temps. Avec cinq coureurs à faire, Aaron Gwin est arrivé. Zig zigzaguant à travers les rochers et les racines, on pouvait dire qu'il poussait. Il était vert au premier temps de passage… 1min 56sec après le début de la piste et il menait de près d'une seconde ! J'étais peut-être à près de mille kilomètres, mais une fois de plus, je me suis retrouvé à crier sur l'écran de télévision alors qu'Aaron descendait la montagne. Je ne pouvais pas regarder.


Je n'ai vraiment recommencé à regarder que lorsque j'ai su qu'il avait dépassé le tristement célèbre virage de "Sam Hill", puis celui d'après où Henry Kerr était tombé plus tôt dans la journée. Il était dans la dernière ligne droite, rien ne pouvait vraiment mal tourner maintenant. Ça allait être serré, mais il a franchi la ligne 0.541sec en tête. Aaron Gwin était de retour et garantissait un podium. 


Le suivant était Benoît Coulanges. Non. Aaron était garanti quatrième. Puis ce fut au tour de Dakotah. Je m'étais un peu calmé à ce stade, mais encore une fois, j'ai rapidement eu recours à des cris à la télévision alors que Dak devenait vert à la première fraction de 0.326 seconde. Il frappait ses lignes, un pouce parfait dans leur exécution. Quelque chose n'allait pas au début, il avait presque l'air de rouler, une mécanique peut-être ? Là où Aaron avait un peu flippé, Dak avait l'air à l'aise, coulant comme de l'eau. Le split 1.396 a montré que tout allait bien, toujours dans le vert. Dak était littéralement zen alors qu'il descendait la montagne. Séparer quatre ? 1.362 dans le vert… cela se produisait réellement. En franchissant la ligne, il a gardé cet écart, se classant à la première place XNUMX devant son coéquipier Aaron Gwin. Peu importe ce qui s'est passé ensuite, c'était déjà une victoire.


Puis Loris Vergier est descendu ! Que peux tu dire? Phénoménal. En tête par 3.129sec. Fou. Puis Andreas Kolb en forme. Une autre belle course et une deuxième place pour l'Autrichien, poussant juste Dak en troisième. Et c'est comme ça que ça finirait – Vergier, Kolb, Norton, Gwin et Kerr. Ce serait le meilleur résultat de Dak en Coupe du monde, le retour en forme d'Aaron et pour couronner le tout, l'IFR a remporté l'équipe du jour.


Ce fut une fin de saison épique, pour les pilotes, toute l'équipe (en Italie et au siège) et bien sûr le prototype de vélo M279 HP1. Performer si bien sur la piste la plus accidentée, la plus effrayante et la plus difficile techniquement de l'année est un motif de célébration. Les niveaux de concentration et de qualité du vélo et de la configuration doivent être parfaits… tout est exécuté. C'est juste dommage que la saison soit terminée et qu'il faille attendre près de neuf mois avant la première manche de la saison 2023 !


Une fois la poussière retombée, Aaron a terminé en sécurité dans le top dix du classement général en 8th place. Dak de retour en 16th, ce qui signifie que les deux seront protégés pour le premier tour l'an prochain, et qu'Aaron sera protégé toute l'année (il n'aura donc pas le besoin de se qualifier qui pèse sur lui).


Félicitations bien sûr à tous les vainqueurs du jour et à Amaury Pierron, Camile Balanche, Jackson Goldstone et Gracey Hemstreet pour avoir remporté les titres au général. Merci également à tous les coureurs blessés. Le Val di Sole est brutal et bon nombre de grands noms se sont décrochés. Nous leur souhaitons à tous un prompt rétablissement. Et enfin, nous devons dire un grand merci pour les dix dernières années et un « s'il vous plaît ne partez pas » à la voix du downhill, Rob Warner. Avec Discovery Channel prenant en charge le déroulement de la Coupe du monde la saison prochaine et Rob choisissant de renouveler son contrat avec Red Bull, nous n'aurons plus la chance d'apprécier ses commentaires. Comme le dit le grand homme, « il suffit de regarder l'heure ».