TROP CHAUD À MANIPULER : COUPE DU MONDE #3 MARIBOR, SLOVÉNIE

TOO HOT TO HANDLE: WORLD CUP #3 MARIBOR, SLOVENIA
Photos : Nathan Hughes et Ale di Lullo

La descente en VTT peut être un sport cruel, une minute vous gagnez un national DH à domicile, puis sept jours plus tard, vous frappez le pont et vous vous époussetez dans un autre pays... sur un autre continent. Et il en était de même pour Neko Mulally lors de la troisième manche de la Coupe du monde de descente de Maribor en Slovénie.


Mais revenons un peu en arrière d'abord. Il n'y a aucun moyen de l'enrober de sucre, les choses ont mal commencé pour l'équipe INTENSE Factory Racing lorsque le pilote numéro un Aaron Gwin s'est gravement écrasé à l'US National à Mountain Creek (où Neko a gagné). Aaron descendait pour sa première manche d'entraînement lorsqu'il a heurté un gros rocher qui avait roulé sur la piste juste après une montée à l'aveugle. Un gros over-the-bars, dans ce qui était un crash monstre, a vu Aaron atterrir à plat sur le dos et dans beaucoup de douleur. Heureusement, il s'en irait, mais cela signifierait qu'il n'a pas pu courir à Maribor.


De manière frustrante, Maribor était une piste qu'Aaron aurait adorée… à grande vitesse, avec une pente parfaite pour la course et surtout, elle était sèche. Un mélange de poussière profonde et meuble avec du hardpack, des coins soufflés pleins de trous d'avalement de roue, des sections de racines en forme de toile, des cambers, des pistes herbeuses largement ouvertes, le mélange habituel de sauts naturels et artificiels, même un peu de tarmac à l'arrivée… et bien sûr la fameuse rocaille, un fouillis de pierres à couper le souffle que les dieux de la montagne slovènes ont décidé de jeter juste pour rire ! Et la chaleur, n'oubliez pas la chaleur, sape énergétique, un peu oppressante… mais mieux que la pluie hein !?


À quel point pousser? C'était la question. Tout le monde sait que si vous voulez gagner, vous devez pousser, et pousser fort, car si vous ne le faites pas, quelqu'un d'autre le fera. Comme pour tous les coureurs de course doivent calculer les risques, où aller fort, et où se détendre un peu, où freiner, où ne pas le faire. La poussière profonde, aussi glissante que la boue dans certains cas, était toujours dans l'esprit des coureurs.


Seth Sherlock, senior de première année, revenait d'une blessure après s'être cassé le poignet au deuxième tour aux Gets. Tout allait bien pour le jeune Canadien à l'entraînement, mais Seth allait rater la qualification pour l'événement principal par la plus petite des marges.

« P61 aujourd'hui, à 0.09 seconde de la fin des qualifications. Celui-ci pique. Aucune erreur dans ma course ou quoi que ce soit - je l'ai juste joué trop prudemment. Je pense que j'ai appris ma leçon de ne pas jouer prudemment dans les qualifications... il est temps de baisser la tête et de me remettre au travail en vue de (le prochain tour à) Lenzerheide.


C'était une meilleure nouvelle en qualifications pour Neko Mulally qui s'est bien classé en cinquante-deuxième position avec un « courir en toute sécurité ». Mais alors que le jour de la course arrivait et que le soleil continuait de frapper, il ne fallait tout simplement pas. Dans sa course, Neko a malheureusement mal évalué l'un des sauts de la partie supérieure du parcours, ce qui a entraîné une mauvaise chute. Endolori et battu, il a pu rouler sur le reste de la piste. Une fin de week-end décevante pour l'équipe, mais heureusement, il semble bien, sans os cassés. Il faut féliciter à la fois Myriam Nicole et Loris Vergier qui ont remporté les victoires… on dirait que les Français ont le vent en poupe !


La prochaine manche de la Coupe du monde de cette année aura lieu à Lenzerheide, en Suisse, le 4 septembre, mais dans seulement deux semaines, il y aura les Championnats du monde 2021 de Val di Sole en Italie. Nous espérons qu'Aaron sera de retour pour cette course où il rejoindra Neko et le reste de l'équipe américaine.