NOUVELLE GÉNÉRATION

SETH SHERLOCK INTENSE FACTORY RACING


Mots: Mike Rose
Toutes les photos Nathan Hughes sauf indication contraire.

Seth Sherlock a découvert la renommée du vélo de montagne à un très jeune âge avec le classique "Que faisais-tu quand tu avais 10 ans?" vidéo. Cela montrait un `` grom '' ridiculement talentueux détruisant ses sentiers locaux avec une démonstration de compétences de conduite qui ferait honte à de nombreux adultes. La seule chose qui semblait lui convenir était son vélo. Ses protège-tibias étaient jusqu'à ses chaussures, un maillot ample surdimensionné, une vadrouille de cheveux bruns, un casque et des lunettes massifs… mais l'équitation, pour quelqu'un qui était si jeune… c'était hors des charts.

Crédit photo : Clint Trahan

Avance rapide de quelques années et un `` adulte '' Seth est maintenant un champion national junior, vainqueur de la Coupe du monde junior (Lenzerheide 2019) et également un membre clé de la Course d'usine INTENSE équipe. Après une 2020 perturbée et humide, Seth se retrouve maintenant à courir dans les rangs seniors contre le peloton professionnel et ses coéquipiers. Aaron Gvin et Neko Mulally ... pas de pression alors!

Seth a un style de conduite tellement naturel et détendu, ce qui donne à son apparence une apparence irrésistible comme une promenade dans le parc. Pour preuve, il suffit de consulter l'un de ses clips vidéo sur son compte Instagram. C'est un talent à coup sûr et humble avec lui. Donc, avec la série de la Coupe du monde dans quelques semaines, nous avons pensé que nous allions prendre quelques mots avec lui pour en savoir un peu plus sur Seth Sherlock.


Pour quelqu'un qui ne vous a jamais rencontré, comment vous décririez-vous?

Je suis professionnel, modeste et désireux de progresser moi-même et ma circonscription. Je suis très dévoué à mon sport, mais je reste amusant.

Vous êtes de Squamish?

Oui. Squamish a été un endroit formidable pour grandir, j'ai eu beaucoup de chance. Nous avons un réseau de sentiers incroyable ici et il y a tellement plus d'équitation à moins d'une heure de route. Whistler Blackcomb est à seulement 45 minutes, nous avons donc un accès très facile au Bike Park, ainsi que le ski.


Le ski était donc une chose importante pour vous quand vous étiez jeune?

Le ski était la chose principale. J'ai fait l'école de ski à Whistler dès mon plus jeune âge et je suis resté fidèle jusqu'en 2019 avec le Whistler Freeride Club. J'ai même essayé certaines compétitions de ski Freeride. Je skie toujours avec désinvolture, environ 15 jours par an.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre histoire en matière de VTT?

J'ai fait du vélo pour la première fois quand j'avais six ans et je me suis mis au VTT presque tout de suite. J'ai commencé à faire des cours à Whistler quand j'avais sept ans et je les ai suivis jusqu'à mes 13 ou 14 ans. J'ai couru un peu de BMX quand j'étais très jeune mais je n'y étais jamais et j'étais toujours attirée vers la descente.


Vous êtes impliqué dans INTENSE depuis très longtemps. Comment tout cela est-il arrivé?

Je conduis des vélos INTENSE depuis mes 10 ans. Mon premier vélo de 26 pouces était un Tracer VP que j'ai acheté à Robbie Bourdon (légende du freeride) et je suis sur INTENSE depuis. Nous avons filmé un montage intitulé "Que faisiez-vous quand vous aviez 10 ans?" et il a très bien fonctionné, il a actuellement plus de 200,000 XNUMX vues. Grâce au succès de cette édition, INTENSE a décidé de me sponsoriser et je m'implique depuis lors.

Qu'en est-il de votre relation avec Chris Kovarik et Claire Buchar?

Quand j'avais 13 ans, j'étais sur le point de commencer ma première année de descente en Colombie-Britannique et j'ai reçu l'appel de Chris Kovarik et Claire Bucar qu'ils voulaient que je participe à leur programme de développement de pilotes de course Kovarik ... ce qui était incroyable. J'ai couru sur ce programme jusqu'à ma deuxième année de course U17 et j'ai acquis des tonnes d'expérience de course précieuse.

Seth (deuxième à gauche) avec le reste de l'équipe Kovarik Racing Rider Development.

Quelle est selon vous la chose la plus importante que Chris et Claire vous ont apprise?

Ils m'ont appris tous mes principes fondamentaux de course et de pilotage, de la technique de virage à la force mentale. Je ne serais pas là où je suis aujourd'hui sans le programme Kovarik Racing.

Et puis est venu le grand appel, vous avez rejoint l'équipe INTENSE Factory Racing l'année dernière, à quel point était-ce fou pour un jeune de 17 ans de faire partie de la même équipe qu'Aaron Gwin et le champion national américain Neko Mulally?

Obtenir cet appel d'Aaron était un rêve devenu réalité. Je n'ai pas ressenti beaucoup de pression, juste de l'excitation d'avoir autant de soutien et de motivation pour être à la hauteur de mes attentes. L'une des parties qui m'enthousiasmait le plus était d'avoir un mécanicien - quand vous êtes un corsaire, la plupart de votre temps est passé à essayer de garder votre vélo en un seul morceau, donc ne pas avoir à vous en soucier était très excitant.


Aaron doit avoir des habitudes ennuyeuses !?

Honnêtement, non, ça a été vraiment génial de connaître Aaron et sa femme Lauren. C'est une personne super amusante et décontractée avec qui j'ai déjà beaucoup appris. Je vais passer beaucoup plus de temps avec lui cette année, alors peut-être que des trucs vont arriver alors, ha ha!

Et Neko?

Neko est également super cool. Nous adorons lui faire comprendre à quel point il est capricieux à propos des tests. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, mais quand il teste un tas de rayons différents sur ses roues et en arrive à la conclusion qu'il ne peut pas faire la différence, il est difficile de ne pas le déranger! Dans l'ensemble, j'ai hâte de passer plus de temps avec l'équipe cette année, nous nous entendons tous très bien.


Nous savons que courir au niveau de la Coupe du monde est difficile, mais à quel point est-ce difficile?

Venant des courses beaucoup plus petites de la Coupe Canada, ce fut un énorme choc culturel au début. Être avec toutes les personnes que j'avais regardées à la télévision toute ma vie était super bizarre et intimidant pour les deux premières courses, mais après de bons résultats, je m'en suis remis. Le plus difficile est de rester concentré et motivé pendant la saison morte. Huit mois, c'est long et il est facile de perdre de vue ses objectifs en course et de perdre la motivation de s'entraîner six jours par semaine avec des étirements, du yoga, des régimes amaigrissants, etc. L'incertitude de la pandémie n'aide pas non plus à cela. . Je suis resté super concentré cette saison morte. Je me sens mieux que jamais, à la fois mentalement et physiquement.

Après d'excellents résultats en 2019, je pense qu'il est juste de dire que 2020 ne s'est pas déroulée exactement comme prévu. Évidemment, c'était une année folle avec Covid-19, etc. C'était aussi ta dernière année dans la catégorie Junior, alors comment penses-tu la saison dernière?

2020 a été une année difficile pour moi, c'est sûr. Je pense que mes mauvais résultats ont été l'aboutissement de beaucoup de choses. Dans le passé, il m'a fallu quelques courses en début de saison pour me mettre dans l'esprit de la course, comprendre la moto et régler ma routine de course - un luxe que je n'avais pas vraiment l'année dernière. Les conditions étaient également très dures et je n'avais pas couru dans suffisamment de boue européenne pour me sentir très confiant. À la fin de la saison dernière, j'avais l'impression de m'y mettre mais c'était déjà fini. Quoi qu'il en soit, j'ai une bonne idée de ce qui n'a pas fonctionné l'année dernière et je suis convaincu que je peux renverser la vapeur cette saison.


À votre avis, à quoi ressemblera le passage au niveau senior cette année?

Cela va être un énorme pas en avant. Courir directement contre Aaron et Neko va être fou. Ce sera bien d'être en A-practice tout le week-end, donc je peux m'entraîner avec les deux tout le temps. Pas besoin de se réveiller à 6h30 du matin avant les qualifications et la course sera super aussi.

Avez-vous des objectifs et des aspirations spécifiques pour la saison à venir?

Je veux toujours être dans le top 40 des Coupes du monde et obtenir quelques top 20.

Crédit photo : Clint Trahan

Avez-vous un style de terrain préféré ou une piste spécifique sur laquelle vous aimez courir?

J'aime beaucoup les pistes plus raides et plus techniques, comme Val di Sole et Andorre. J'ai toujours eu plus de mal avec la fluidité et le pédalage, mais j'ai un vélo plus rigide et je suis plus en forme que jamais cette année, donc j'espère que ces deux choses aideront.

Et la météo, cela vous affecte-t-il? Venant de Squamish vous devez être habitué à un peu de mauvais temps?

Nous sommes bien sûr habitués à la pluie à Squamish, mais la terre en Europe est bien plus glissante quand elle est mouillée qu'ici. On peut presque rouler plus vite sur le mouillé que sur le sec à Squamish, et ce n'est pas du tout le cas en Europe. Les conditions à Leogang l'année dernière étaient plus proches de celles de rouler dans la neige à Squamish!

Une inspiration pour tous. Seth avec son père et la mère de Stevie Smith.

Avez-vous un coureur préféré, quelqu'un que vous admirez ou tout simplement comme son style?

Pendant que je grandissais, Stevie Smith a été une énorme inspiration. C'était incroyable de voir un Canadien faire si bien aux Coupes du monde et je pense que son héritage est au moins partiellement responsable du succès de tous les jeunes Canadiens aux Coupes du monde en ce moment.

Photo : Max Barron

Parlons de vélos. Vous avez donc roulé sur le M29 l'année dernière, mais vous êtes maintenant passé au prototype de roue mullet M279.

L'année dernière, j'utilisais un M29 avec un lien personnalisé et un réglage de la portée de + 6 mm. C'était génial mais je n'ai jamais eu la configuration correcte. Le prototype M279 est incroyable jusqu'à présent et ma configuration est déjà réglée. C'est le même cadre que celui d'Aaron mais il y a quelques différences entre nos versions. Plus particulièrement, je suis sur un amortisseur pneumatique, j'utilise des rotors de 223 mm et des barres de montée de 10 mm par opposition aux 30 mm de son vélo. J'ai encore quelques paramètres à tester.



Et quels autres vélos INTENSE possédez-vous?

Pour le moment, je n'ai que le prototype M279 et mon grand Apprêt 29. Le Primer est génial, la géométrie est parfaite pour la conduite que je fais et malgré un débattement de 140 mm à l'arrière / 150 mm à l'avant, il gère tous les trucs de freeride Squamish que je lui lance sans problème.

Il ne reste donc que quelques semaines à la première Coupe du monde, à quoi ressemblent ces semaines pour Seth Sherlock?

Un entraînement vraiment intense et une conduite et des tests plus rapides sur le vélo de descente. Je n'ai pas le luxe de courir avant la Coupe du monde cette année, donc ce sera un défi de me mettre à niveau avant Leogang. Je me sens bien cependant.

Tenez-vous au courant de tout ce que fait Seth en vérifiant @sethsherlock et @intensefactoryracing