FINALES DE LA COUPE DU MONDE DE LEOGANG

Mots: Mike Rose
Photos: Nathan Hughes (sauf indication contraire)


Après deux jours de pluie, de boue et très éprouvant conditions le jour de la course est arrivé avec le plein soleil et une piste qui sèche rapidement. Ce qui avait été une bataille pour rester en caoutchouc était soudainement devenu une bête complètement différente. Les champs de souche supérieurs étaient désormais praticables, les coureurs pouvant montrer leurs compétences. Les sections rapides et ouvertes du parcours étaient maintenant… rapides… très rapides (en plus il y avait une forte brise), ce qui rendait vraiment difficile pour les pilotes de juger de leur vitesse, ayant été habitués à être lents et glissants pour les essais et les qualifications.

Photo : Ale Di Lullo

Mais c'était les bois inférieurs escarpés et super techniques qui seraient la section déterminante de la piste. Cinquante secondes de tourments (selon la façon dont vous le regardez). Certaines des ornières plus profondes avaient été enlevées pendant la nuit par les organisateurs de la course, mais c'était encore humide et collant à l'intérieur. Les racines, les ornières et le cambrure ont rendu très difficile pour les coureurs de savoir à quel point il fallait pousser. Mais c'est cette section où la course a été gagnée et perdue. Vous pourriez presque oublier les deux premières minutes de la piste, les bois ont été le facteur décisif. Tant de coureurs sont entrés dans cette section avec une bonne apparence au chronomètre pour en ressortir de l'autre côté avec 3 ou 4 secondes de retard.


Neko Mulally et Seth Sherlock n'ayant pas pu se qualifier, tous les regards étaient tournés vers Aaron Gwin. Descendre la montagne en tant que dix-huitième des qualifications les plus rapides, tout s'annonçait bien. Il y avait un peu une « pédale lourde » dans l'un des champs de souches, mais il a cloué la section boisée. Il était proche du temps de Pierron (qui était alors sur la sellette) au passage 3, mais le temps s'est éloigné. C'était juste pour ne pas l'être. Aaron finirait finalement à la vingtième place, à +6.262 du vainqueur de la course.


Et nous devons mentionner Troy Brosnan ici. En tant que fans de course, nous ne pouvons qu'être impressionnés par son parcours. En tant que qualifié le plus rapide, il a quitté la cabane de départ en dernier et il était en retard dans les premiers temps intermédiaires. En entrant dans la section bois, on aurait dit qu'il l'avait soufflé, mais même avec quelques touches ici et là, il est ressorti de l'autre côté dans le vert. C'était puissamment impressionnant. D'autres temps forts doivent être la deuxième place de Thibaut Deprela et sa double tentative « taguée » à mi-parcours (fou), le retour d'Amaury Pierron sur le podium, le saut de Brook MacDonald sur le wallride et la démonstration de pilotage technique, cool et calme de Camille Balanche pour prendre la course des femmes. Et il ne faut pas oublier Vali Holl, la course était la sienne jusqu'à ce qu'elle la perde dans le dernier virage.


La course est une véritable montagne russe d'émotions, et c'est pourquoi nous l'aimons. Il n'y a jamais eu un moment où il y a eu autant de coureurs qui peuvent gagner, les rangs d'élite sont empilés avec des coureurs incroyables… la qualité à travers et à travers. A la prochaine (Les Gets, 3 juillet).

RÉSULTATS FINAUX DE LEOGANG

1. Troie Brosnan 3:26.019
2. Thibaut Depréla 3:27.254 +1.235
3. Amaury Pierron 3:27.497 +1.478
4. Reece Wilson 3:27.917 + 1.898
5. Benoit Coulanges 3:28.253 +2.234

22. Aaron Gwin 3:32.281 +6.262