RATTRAPAGE DE MI-SAISON JOE BREEDEN

JOE BREEDEN MID-SEASON CATCH-UP
Avec trois courses de Coupe du monde passées et cinq à faire, nous ne sommes pas tout à fait à mi-parcours de la saison, mais la pause naturelle entre Val di Sole début juillet et la manche 4 à Vallnord le 26 août a donné aux coureurs le temps de réfléchir et rassembler leurs pensées. 
 
 
La saison 2023 est différente. Les nouveaux organisateurs de séries ont apporté de nombreux changements, notamment pour les coureurs le changement de qualification. L'introduction d'une demi-finale après les qualifications signifie désormais que les coureurs courent à peu près dès le départ. C'est complet. Il n'y a pas d'accumulation douce jusqu'au week-end. Les coureurs effectuent quelques essais et ensuite (à moins que vous ne soyez protégé), vous êtes directement dans une course de descente à élimination directe. 
 
 
Joe Breeden, pilote de l'équipe INTENSE Factory Racing, a connu des fortunes mitigées au cours des deux dernières saisons. Après une blessure l'année dernière qui l'a vu absent pendant la majeure partie de la saison, en 2023, il a raté d'une seconde seulement la qualification pour la demi-finale du premier tour à Lenzerheide. C'était une autre histoire au tour 2 à Leogang. Il a réussi à passer facilement les qualifications et la demi-finale… il était dans l'événement principal, mais il a peut-être été un peu trop prudent en finale. Il a terminé en 30th, marquant des points bien nécessaires. 
 
 
La manche 3 à Val di Sole et tout allait bien. Encore une fois, il a réussi à se qualifier en toute sécurité. Lors de sa course en demi-finale, il était dans le top 20 et se qualifiait, puis dans l'avant-dernier virage, les choses se sont un peu "hors scénario". Joe siège maintenant au 48th Dans l’ensemble, nous l’avons rencontré pour connaître son point de vue et ses opinions sur la saison jusqu’à présent. 
 
 
Hey Joe, alors comment se passe la saison jusqu'à présent pour toi ? 
Ce fut un démarrage lent, je suis encore en train de me reconstruire après ma blessure de l'année dernière. C'est difficile quand on s'investit autant dans quelque chose mais qu'on voit très peu de récompense pendant une période prolongée. Je crois que ce sont des moments comme celui-ci qui font ou défont la plupart des gens. J'ai fait d'énormes progrès lors des dernières courses, ce qui a été très encourageant, et j'ai hâte de continuer à construire. La troisième place aux UK National Champs (ci-dessus) le mois dernier a été un bon marqueur de ma progression. 
 
Des hauts et des bas ? 
Le point culminant a probablement été d'atteindre la grande finale de la Coupe du monde de Leogang. Le résultat n'avait rien d'extraordinaire, mais il a marqué un grand progrès après 12 mois très difficiles pour moi. Les points faibles ont été de voir Aaron (Gwin) sortir blessé au premier tour et de ne pas faire partie de l'équipe mondiale pour mes Championnats du monde à Fort William. 


Vos pitreries dans l'avant-dernier virage de la Coupe du monde de Val di Sole ont fait sensation sur les réseaux sociaux. Parlez-nous de cela ? 
Ughhh incroyable ! À l'époque, j'étais extrêmement frustré, mais avec le recul, j'ai très bien réussi à rester sur le vélo et j'en ai tiré un clip viral haha ! Je suis allé plus lentement que d'habitude sur le saut à ski, car je craignais que ma main ne saute des barres. J'ai bien géré tout cela, mais lorsque je suis entré dans le virage à travers les grosses bosses de freinage, ma main a explosé. Il y a eu un moment où j'ai réussi à tenir le coup via mon tableau numérique et j'ai eu une bonne inclinaison au coin de la rue. Je pensais que je pouvais encore me débrouiller d'une seule main, mais le vélo a heurté un trou de poussière et m'a mis debout. C'était une question de survie à partir de là. 
 
Frustrant pour vous d'être sur une bonne lancée ? 
Absolument, figurer jusque-là dans le top 15 des splits était très encourageant, mais ne pas le concrétiser par un résultat final était extrêmement frustrant ! 
 
 
Que pensez-vous du nouveau format de course des Coupes du monde ?  
Je suis un fan de plus de course, mais je pense qu'il a besoin d'être affiné. C'est une longue discussion en cours. 
 
Et que pensez-vous du fait que la saison se termine si tard cette année ? 
C'est encore une saison relativement courte par rapport à la plupart des autres sports, mais la fin tardive est un peu étrange. Cela ne me dérange pas tant que la météo est encore clémente pour nous, ce qui pourrait bien être peu probable au Canada en octobre haha ​​! 
 
 
Qu’en est-il des pistes et des lieux qu’il nous reste ? Un mélange de nouveau et d'ancien. En attendez-vous un en particulier ? 
J'adore Les Gets, le Mont-Sainte-Anne et Snowshoe, donc j'attends ça avec impatience. Je n'ai jamais roulé sur la nouvelle piste d'Andorre ni de Loudenvielle, donc ce sera passionnant à apprendre. 
 
Ce fut une année difficile pour l'équipe avec Aaron et Seth (Sherlock) qui se sont blessés et ont raté des courses. Vous savez ce que cela fait, mais comment cela a-t-il affecté l'équipe cette année, en particulier la perte d'Aaron ? 
C'était difficile de voir Aaron se retirer dès la première course avec une blessure comme celle-là, c'est vraiment incroyable, j'ai vraiment ressenti pour lui et pour toute l'équipe. Nous étions ravis de voir ce qu'il pourrait accomplir après une très bonne fin de saison 2022. Je sais également à quel point il est difficile et frustrant de manquer des courses à cause de blessures et à quel point il peut être difficile de se remettre d'un coude cassé. J'espère vraiment qu'Aaron et Seth se rétabliront bien et que nous pourrons concourir en équipe avant la fin de la saison, ces gars-là nous manquent. 
 
 
Aaron est un client plutôt cool, pouvez-vous nous révéler l'un de ses secrets ? Comment il aborde les choses, des choses que vous avez apprises de lui, etc. 
Haha, maintenant je ne peux pas révéler ces secrets ! Aaron m'a aidé à simplifier le processus de course et m'a vraiment aidé à comprendre que souvent « moins » peut en fait être plus. Il est également très doué pour rester calme dans des situations stressantes et garder la tête froide sur lui à tout moment. Il a été une grande source d'inspiration et d'aide pour moi. 
 
À quel point la dynamique de l'équipe est-elle différente maintenant qu'il n'y a que vous et Dak (Norton) ? 
Moi et Dak sommes deux personnages très différents, mais nous nous entendons et travaillons très bien ensemble. Courir avec Dak, c'est super, le fait d'être deux pilotes lors des dernières courses nous a beaucoup rapprochés. Nous nous soutenons toujours, discutons de la configuration du vélo, du choix de la ligne, de la préparation, etc. 
 
 
Et avez-vous essayé de monter votre train avant comme lui, avec son fou 'Dak Stack' !? 
Haha, je ne l'ai pas encore fait, mais il continue d'essayer de me convaincre. Je vais lui faire un bon test à la fin de la saison, il le fait bien paraître! J'avais l'habitude de penser que j'étais la définition d'un frontal haut de gamme, mais depuis qu'il a fait la connaissance de Dak, il a certainement mis fin à cette théorie ! 
 
C'était évidemment décevant pour vous de ne pas faire partie de l'équipe britannique très compétitive pour les championnats du monde de cette année en Écosse, mais vous étiez là pour soutenir Dak. Comment c'était? 
C'était à coup sûr une pilule difficile à avaler, les championnats du monde à la maison dans un lieu que j'adore, comment ne pourrait-il pas en être ainsi !? Poussant cela de côté, c'était incroyable d'être là pour soutenir INTENSE Factory Racing et Dak. Nous avons construit une excellente relation cette année, je comprends comment il fonctionne et je pense qu'il me fait confiance, alors je voulais être là pour faire tout ce que je pouvais pour lui. C'était une perspective intéressante et précieuse à expérimenter, aidant à faire les courses, à cuisiner, à repérer les files d'attente, à la logistique et à d'autres demandes aléatoires. Dak met toujours tout en œuvre, donc cela en vaut la peine. 
 
 
Et vous êtes un ami de longue date et un partenaire d'entraînement avec Charlie Hatton. Cela a dû être assez incroyable de le voir remporter la médaille d'or et les rayures arc-en-ciel ? 
Ohh oui, je suis tellement content d'avoir pu être là pour en être témoin. Nous sommes les meilleurs amis et partenaires d'entraînement depuis des années. Je ne savais pas que je serais aussi ému de le voir remporter ses premiers championnats du monde. Tout le monde semblait surpris, mais le connaissant aussi bien que moi, je ne l'étais pas, en fait je l'avais prédit avant sa course, mais pour que cela se produise, c'était autre chose. 
 
Alors les prochaines semaines, à quoi ressemblent-elles pour vous. 
Je suis chez moi au Pays de Galles, je m'entraîne dur à la fois sur et hors du vélo en vue de ce prochain grand bloc de courses. 
 
 
Avec cinq courses de Coupe du monde à disputer, quels sont vos objectifs et vos objectifs ? 
Je ne suis pas trop préoccupé par le classement général, cette année est une année de construction pour remporter un titre de Coupe du Monde dans les prochaines années. L’objectif est de continuer à apprendre, d’augmenter constamment le rythme et, espérons-le, d’aboutir à un top 10 ou deux avant la fin de la saison.