FRUSTRATION EN ANDORRE: COUPE DU MONDE PAL ARINSAL

FRUSTRATION IN ANDORRA: PAL ARINSAL WORLD CUP

Mercredi matin (23 août), Pal Arinsal en Andorre ressemblait à son habituel été à couper le souffle. Toute la région a connu des températures très élevées et aucune pluie pendant des semaines, voire des mois. La piste de descente était cuite, des tuyaux d'arrosage étaient prêts à l'arroser et à réduire la poussière au minimum. 

 

 

Mais (littéralement) une tempête se préparait. En milieu d’après-midi et tout a commencé. Des vents violents et des pluies torrentielles ont transformé la piste parfaitement sculptée en rivière ! Les fortes pluies ont créé une mini crue soudaine qui a creusé et déchiré la piste. De profonds ravins apparaissaient partout, ça n’avait pas l’air bien. 

 

 

Puis la tempête est passée et, par une sorte de miracle, du jour au lendemain, l'équipe organisatrice a réussi à combler les trous et à remettre les choses en ordre, prêtes pour l'entraînement du lendemain matin. Une des meilleures performances du week-end ! Et puis le soleil est apparu. 

 


 

Pour l'équipe INTENSE Factory Racing, il ne restait que deux pilotes debout, car Aaron Gwin et Seth Sherlock sont toujours blessés. Tout dépendait de Dak Norton et Joe Breeden, et comme les deux coureurs semblaient en bonne forme, la confiance était élevée. 

 

 

Avec le nouveau format de course, ni Joe ni Dak n'étaient des coureurs protégés, ce qui signifie que lors des qualifications de vendredi, ils devaient tous deux terminer dans le top 60 pour passer à la demi-finale de samedi, puis, espérons-le, à la finale. Dak a réalisé un superbe run en 6th, mais pour Joe, ça ne s'est pas très bien passé, 84 ansth et il était sorti. 

 

 

« J’ai eu du mal à trouver la vitesse en Andorre et j’ai été vidé de ne pas pouvoir participer à la finale. J’ai besoin de me réinitialiser psychologiquement, d’aborder le prochain tour avec un nouvel état d’esprit et de m’amuser un peu plus ! Joe Breden 

 

 

Fortune mitigée pour l'équipe à l'époque, Dak était cependant en bonne forme… mais les ennuis se préparaient à nouveau. D'autres tempêtes étaient prévues pour samedi après-midi, jour de la course, obligeant les organisateurs et les équipes à devoir une nouvelle fois modifier leurs plans. Les demi-finales ont été abandonnées et les finales ont eu lieu directement avec les 60 coureurs, commençant vers 9 heures du matin. Cela signifiait pour la plupart un départ à 5 heures du matin, avec suffisamment de temps pour se lever, manger, se rendre sur le site, un entraînement rapide puis une course. 

 

 

Plus de changements. D'abord c'était allumé, puis c'était éteint (reporté), puis c'était rallumé, mais pas à 9h comme prévu, cette fois c'était retour en milieu de journée. Il ne faut pas oublier que toutes ces informations devaient être communiquées à des centaines (voire des milliers si l'on inclut les spectateurs) de personnes dispersées dans une montagne andorrane ! Le fait que la course ait eu lieu était un peu un miracle. 

 

 

Il y aurait bien sûr un autre rebondissement dans cette course. Les coureurs devant se réinitialiser mentalement non pas une, mais deux fois, être « dans la zone » était crucial. Certains coureurs étaient partants, d’autres non. Greg Minnaar est descendu et son « public local » est devenu fou alors qu'il a pris la première place. Il n'y est pas resté longtemps, puisque le Français Thibaut Daprella a trouvé la vitesse venue de nulle part dans la dernière section boisée pour prendre la sellette et finalement la victoire. 

 

 

Avec dix coureurs à parcourir, les choses ont commencé à changer. Il y avait déjà beaucoup de vent en haut du parcours, à 2363m et l'exposition était assez sauvage, puis la pluie est arrivée. C'était gras et glissant sur de grandes sections de la piste (il suffit de demander à Andreas Kolb), donc c'était bizarre de voir des panaches de poussière dans les sections boisées où la pluie n'avait pas encore pénétré. La vitesse moyenne a chuté, la course était terminée, un anti-climax. Dak n’avait aucune chance. Cinquante-quatrième place et zéro point. C'était un week-end de course à oublier. 

 

 

« En repensant au week-end, tout ce que je pouvais contrôler, ça s’est très bien passé. Malheureusement, la météo avait des plans différents. Il est difficile de voir les meilleurs joueurs se retrouver systématiquement à l'écart avec le format actuel. Dans l’attente de courses plus équitables à l’avenir. Dakota Norton 

 

 

 

Pas de répit pour l'équipe puisqu'elle est déjà à Loudenvielle (Pyrénées françaises) pour la prochaine manche de Coupe du Monde ce week-end. Le jour de la course est le dimanche (3 septembrerd), alors connectez-vous.