666 ... KARVING AVEC LE DIABLE

666... KARVING WITH THE DEVIL

CHRIS KOVARIK, COUPE DU MONDE WILLINGEN DH, 2006

Mots: Mike Rose
Photos : Victor Lucas

L'année était 2006 et le cirque de descente roulait à Willingen, en Allemagne, pour la troisième manche de la Coupe du monde. Il est sûr de dire que Willingen n'était pas vraiment un favori des coureurs, il était court et rapide, avec des sauts massifs et il avait plus une sensation de bike park `` autoroute ''. Pour les coureurs qui préféraient que leurs pistes soient brutes et naturelles, ils auraient préféré laisser passer celle-ci.


Willingen avait organisé une Coupe du monde l'année précédente en 2005, donc cette fois, les coureurs savaient à quoi s'attendre et beaucoup d'entre eux se sont préparés avec des vélos de voyage plus courts et des composants plus légers, des vélos plus adaptés au parcours court et percutant. Après avoir raté toute la saison 2004 en raison d'une blessure, la légende de la course INTENSE Chris Kovarik cherchait à retrouver certaines de ses victoires. Après avoir terminé huitième à Vigo puis vingtième à Fort William, Kovarik cherchait quelque chose d'un peu plus près du podium.

Son arme de choix était d'être un prototype de vélo spécial que Jeff Steber (fondateur et PDG d'INTENSE) avait construit pour lui, «Fondamentalement, j'ai utilisé le triangle principal du 6.6, une extrémité arrière Uzzi pour ses tubes plus gros, des pattes de 6.6, une géométrie M3'ish, des soufflets supplémentaires et un débattement de 8.5 pouces (215 mm).» N'oublions pas que ce vélo avait des roues de 26 pouces et des fourches à couronne unique. Ce vélo allait être développé et devenir le Socom.

Chris Kovarik définit l'attitude et l'esprit d'INTENSE donc c'était super de le rattraper pour saisir quelques mots sur Willingen et le «666».


Alors remontons le temps, comment était la vie de Chris Kovarik en 2006?

C'était ma deuxième année de retour d'une grave fracture jambe / cheville après avoir encaissé ma moto. Après avoir raté toute la saison 2004 en récupérant, 2005 a été comme un échauffement et c'était la première année où je n'avais aucun podium. Donc, à ce moment-là (2006), j'avais faim d'obtenir des résultats.

Vous faisiez maintenant partie de la nouvelle équipe MS-Racing INTENSE?

J'ai rejoint l'équipe MS-Racing de l'équipe d'usine INTENSE USA pour continuer les Coupes du monde. Il était logique d'être basé en Europe avec une équipe proche de tous les sites de course. C'était la première année de MS à diriger une équipe, donc c'était le plus touché pour moi, la dynamique de l'équipe était omniprésente et je ne me suis jamais vraiment senti à l'aise tout le temps que j'étais dans cette équipe. J'étais reconnaissant de courir et d'avoir du soutien, mais c'était un vrai défi mental.


C'était la deuxième fois que la Coupe du monde se rendait à Willingen, que vous en souvenez-vous?

En fait, je redoutais d'aller à cette course, le téléski était un petit biplace en bois et vieux d'environ 200 ans et lent comme f – k, j'avais l'impression que ça allait casser à n'importe quelle seconde, ha ha. La première année là-bas, la piste était fraîche mais douce, c'était plutôt plat avec des sauts sur lesquels il fallait vraiment pédaler fort. La vitesse de transport était donc un vrai problème pendant les 30 à 40 premières secondes. Le reste de la piste était correct mais il n'y avait pas beaucoup d'endroits pour gagner du temps, car il ne s'agissait que d'une piste de deux minutes. La deuxième année a été un peu meilleure car le sol au sommet s'était emballé, mais était toujours super pédalage. Vous avez vu des cyclistes changer de vélo et changer de pneus dans la recherche de la vitesse et pour aider à porter l'élan, et c'est à ce moment-là que j'ai pensé que le voyage plus court et plus léger de 6.66 les aiderait.

De toute évidence, la piste était presque un terrain semi-rigide au sommet, mais elle est soudainement devenue un peu folle avec un saut à la hanche, puis une section parsemée de roches test et déroutante?

Oui, c'était le cas, donc le 6.66 était un bon compromis pour la section supérieure et la section rock au milieu. Les rochers étaient assez déroutants car il y avait environ trois façons différentes de les sauter. C'était plutôt cool car cela vous a fait arrêter et vous gratter la tête. Au final, j'ai opté pour les lignes principales plus faciles.


Que pouvez-vous nous dire sur ce vélo? 

C'était la première fois que je courais un WC sur un vélo à course courte, donc pour cette piste, il était un peu plus rigide dans la suspension et avait moins de débattement que le M3, l'empattement était plus court que le M3 que j'avais utilisé. à. Il avait des fourches à couronne simple de 6 pouces plutôt que des couronnes triples, et comme vous pouvez le voir, l'angle de la tête était assez raide. Je pense que nous avons même mis des pneus INTENSE à carcasse plus légère spécialement pour cette piste. Aussi maladroit que cela puisse paraître, cela fonctionnait bien à l'époque.

La moto se sentait-elle bien sur la piste, étiez-vous content d'avoir utilisé celle-ci plutôt que votre M3?

Je me sentais bien dans les premiers sauts et dans la section rock, mais de ce point à la ligne d'arrivée, la moto était nerveuse et nerveuse, c'était certainement une poignée de travail, mais c'était un meilleur choix par rapport à la M3.

Le vélo a jeté les bases de la Socom, est-ce que c'était un vélo que vous aimiez?

J'ai roulé un peu sur la Socom mais je ne me suis jamais sentie chez moi pour une raison quelconque.

Galerie des voleurs (LR) Rennie, Minnaar, Peat, Atherton et Kovarik.

En finale, les temps étaient très serrés, vous avez terminé cinquième, vous en souvenez-vous?

Honnêtement, je ne me souviens de rien à propos de ma course, même si c'était une sensation formidable d'être de retour sur le podium après les deux ans de retour de la pause. Il y a eu pas mal de bières ce soir-là, ce qui pourrait expliquer la perte de ma mémoire de course, ha!

Trois semaines plus tard, vous avez gagné au Mont Sainte-Anne, je suppose que vous n'étiez pas sur ce vélo alors?

J'ai gagné, de retour sur la M3. Ce fut l'un des moments les plus mémorables de ma carrière… mais je vais garder cette histoire pour une autre fois!

RÉSULTATS: WILLINGEN MEN'S DOWNHILL 2006
1. Steve Peat, Syndicat de Santa Cruz: 1: 58.30
2. Greg Minnaar, G-Cross Honda: 1: 59.47
3. Gee Atherton, animal / géant: 1: 59.55
4. Nathan Rennie, Syndicat de Santa Cruz: 1: 59.99
5. Chris Kovarik, MS-Intense Factory Racing: 2: 00.39